Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > QUELLE PAROLE, AU NOM DE QUELLE TRANSCENDANCE ET AU SERVICE DE QUI ? De (...)

Article publié

Refonder la parole politique : écho de la journée du 23 octobre 2021

QUELLE PAROLE, AU NOM DE QUELLE TRANSCENDANCE ET AU SERVICE DE QUI ? De quoi la parole politique est-elle la servante ?

ROMAINS 13,1-7 : FONDATION par François VOUGA

jeudi 11 novembre 2021, par :

L’affirmation centrale : l’ordre politique n’a ni son fondement ni sa fin en lui-même. Son sens est de servir ( il est « diacre ») :
au service d’une transcendance, d’un au-delà de lui-même
qui en définit le sens
qui sert de critère à son action
et qui a autorité d’instance critique
auprès de l’humanité
.....

(1) Que chacun se subordonne aux autorités constituées,
car il n’y a point d’autorité, si ce n’est par Dieu,
et celles qui existent ont été disposées par Dieu.
(2) C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité se rebelle contre les dispositions de Dieu et ceux qui se rebellent attireront leur condamnation sur eux-mêmes.
(3) Car les magistrats ne sont pas à redouter quand on fait le bien,mais le mal.
Veux-tu ne pas redouter l’autorité ? Fais le bien,et tu en recevras des éloges !
(4) Car elle est servante de Dieu, pour ton bien. Si en revanche tu agis mal,
redoute-la !
Car elle ne porte pas le glaive en vain,
car elle est servante de Dieu,
justicière, pour la colère, contre celui qui fait le mal.
(5) C’est pourquoi il est nécessaire de se subordonner,
non seulement en raison de la colère,
mais en raison de la conscience.
(6) Car c’est pour cette raison que vous vous acquittez de vos impôts :
car des serviteurs de Dieu sont chargés de cet office.
(7) Rendez à chacun ce qui est dû :
à qui l’impôt, l’impôt,
à qui les taxes, les taxes,
à qui la crainte, la crainte
et à qui le respect, le respect

Commentaire
Nous ne lisons pas un appel à la soumission,
qui revendiquerait un contrôle non seulement du faire, mais de la volonté et de la conscience,
mais à la subordination, qui est reconnaissance d’un ordre.
L’appel est doublement universel :
- que chacun ( littéralement : que chaque âme ) inclut l’ensemble de l’humanité
- il ne cautionne aucun système particulier, mais il autorise l’existence d’un ordre politique.
il ne s’oppose pas aux changements politiques, à la révolution ou aux réformes,
mais à l’anarchie
comprise comme revendication du « moins d’état »
ou de l’auto-destruction des services publics [ exposé de Marie-Noëlle Duchêne ].
C’est ce que montre avec pragmatisme la règle d’application conclusive (verset 7).
L’affirmation centrale : l’ordre politique n’a ni son fondement ni sa fin en lui-même.
son sens est de servir ( il est « diacre »)
au service d’une transcendance, d’un au-delà de lui-même
qui en définit le sens
qui sert de critère à son action
et qui a autorité d’instance critique
auprès de l’humanité.
L’indicatif employé pour définir le statut de l’ordre politique ont valeur performative.
L’affirmation n’a pas la valeur d’une recommandation :
« L’ordre politique devrait être serviteur de Dieu » implique qu’il peut ne pas l’être,
« L’ordre politique est serviteur de Dieu » signifie qu’il l’est ou n’est pas.
D’où l’appel à la conscience :
non obéissance,
mais subordination consciente, éveillée et critique :
L’autorité reconnue à l’ordre politique dépend de sa qualité de servante de Dieu.
La définition ouvre la porte à l’état d’exception lorsque l’ordre politique change de dieu.
L’état d’exception = senatus consultus ultimum
= la décision par laquelle, en temps de crise,
l’instance républicaine du sénat romain se démet de son
pouvoir au profit de la responsabilité de tous.
[ cf. Giorgio Agamben, Homo sacer I ].
Romains 13,1-7 tend ici la main à la vision qui lui est nécessairement complémentaire :Apoc 13


Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts