Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche
Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques

Accueil > Rendez à César, et à Dieu : Fondement d’une reconnaissance critique

Article publié

Refonder la parole politique : écho de la journée du 23 octobre 2021

Rendez à César, et à Dieu : Fondement d’une reconnaissance critique

Marc 12,13-17 avec François VOUGA

jeudi 11 novembre 2021, par :

(13) Et ils envoient vers lui quelques uns des pharisiens et des hérodiens
pour qu’ils le prennent au piège en le faisant parler.
Qui trompe qui ? et qui se trompe sur soi-même ?

(14) Et s’en venant, ils lui disent : Exigence de vérité
« Maître,
nous savons,
que tu es vrai,
et que tu ne te soucies de personne.
Car tu ne regardes pas à la tête des gens,
mais, selon la vérité, tu enseignes le chemin de Dieu.
Est-il permis de payer le tribut à César, ou non ?
Payerons-nous ou ne payerons-nous pas ? »
(15) Lui, connaissant leur hypocrisie, leur dit : Retour
« Pourquoi me tentez-vous ? et renvoi à la situation
Apportez-moi une pièce d’argent, existentielle des
afin que je voie ! » interlocuteurs dévoilés :
Qu’avez-vous dans les poches ?
(16) Ils l’apportèrent.
Et il leur dit :
« De qui sont l’effigie et l’inscription ? »
Ils lui dirent :
« De César ».
(17) Jésus leur dit :
« Ce qui est de César, rendez-le à César
L’évidence simple :
rendre l’argent à qui il appartient
et ce qui est de Dieu, à Dieu ! »
Une synthèse des positions de Romains 13 et Apocalypse 13 ?
Introduction inattendue d’une référence transcendante :
sujets de l’Empire, mais sujets émancipés et actifs.
Dieu chez Marc :
présent indirectement comme horizon de confiance
= comme appel de l’humain à se réveiller et relever
comme sujet libre et responsable : soyez confiants !

Et ils étaient étonnés de lui.


Un message, un commentaire ?
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Qui êtes-vous ?
  • [Se connecter]

SPIP | | Plan du site | Crédits et contacts